Bienvenue chez CENTURY 21 I.B.F., Agence immobilière GENAS 69740

CENTURY 21 GENAS : les chiffres immobiliers de 2019

Publiée le 14/01/2020

 

 

L'année dernière, de nombreux records ont été battus sur le marché de l’ancien. Cette flambée des prix immobiliers n’est probablement pas terminée..!

 

En 2019, le prix moyen des appartements anciens a encore progressé de 3,1 %, pour atteindre 3 639 euros le mètre carré (+ 1 % pour les maisons), selon le réseau d’agences Century 21. Dans la capitale, l’augmentation a été presque deux fois supérieure (+ 6,5 %), avec un prix désormais supérieur à 10 000 euros le mètre carré, tandis que dans des villes comme Lyon, Nantes ou Rennes, on a pu assister à un véritable emballement, avec des gains compris entre 7 et 11 %. Loin de retomber, l’engouement des Français pour la pierre ne fait que se renforcer dans un contexte devenu très propice pour l’obtention de crédits.

Jamais les ménages n’ont en effet emprunté à des taux aussi bas : jusqu’à 0,58 % sur dix ans, 0,75 % sur quinze ans et même 1,15 % sur vingt-cinq ans, selon le courtier Cafpi. Une aubaine pour devenir propriétaire, changer de logement ou encore investir. Ce sont d’ailleurs les investisseurs qui ont animé le marché l’an dernier, puisque plus d’un achat sur quatre (21 %, selon le réseau Orpi et 27,2 %, selon Century 21) a été dédié à l’investissement locatif.

 

L’immobilier permet de préparer sa retraite

Un phénomène à mettre en parallèle avec la baisse de rémunération observée sur bon nombre de placements financiers, tels que le livret A, dont le taux a été abaissé à 0,50 % depuis le 1er février, ou les contrats en euros de l’assurance vie, dont les rendements garantis dépassent difficilement 1,50 %. Beaucoup de ménages ont aussi intégré le fait que l’immobilier continue d’être l’un des meilleurs moyens de se constituer un complément de revenus au moment de la retraite. Et ce, quelle que soit la catégorie socio-professionnelle, puisque, également selon le réseau Century 21, près de 40 % des achats ont été réalisés par des employés et des ouvriers l’année dernière.

Cette frénésie va-t-elle se poursuivre ? Les experts réunis autour de notre table ronde en sont convaincus. Le principal carburant du marché immobilier réside dans la faiblesse des taux d’intérêt, lesquels n’ont aucune raison de remonter brutalement au regard de la politique monétaire toujours très accommodante menée par les banques centrales, notamment la Banque centrale européenne (BCE). Même une hausse d’un point seulement des taux ne suffirait pas à gripper cette dynamique, tant la demande pour les biens, anciens et neufs, se maintient fortement, pour de nombreuses raisons (augmentation naturelle de la population, recomposition des familles…).

Passer du statut de locataire à celui de propriétaire reste donc un bon calcul, tandis que la pierre va devenir de plus en plus à la mode autant chez les particuliers en quête de placements rentables que pour les investisseurs institutionnels, eux aussi à la recherche de la martingale dans un environnement de taux bas. La bonne nouvelle est qu’il n’est pas nécessaire d’y consacrer des sommes importantes. Le levier de la dette fait le reste ! Grâce à des produits comme les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI), la thématique est, en outre, accessible, avec quelques milliers, voire quelques centaines d’euros.

 

century 21 ibf genas immobilier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus indispensable que jamais de garder la tête froide

De là à considérer que l’immobilier n’est pas sans risque, il y a un pas qu’il serait dangereux de franchir. D’une part, un reflux des prix reste possible, même si l’on peut diffi cilement évoquer une situation de bulle aujourd’hui au regard de la fluidité des transactions et des délais de vente toujours très courts. D’autre part, il faut garder à l’esprit que la hausse n’est pas uniforme et qu’elle ne s’applique pas sur tout le territoire. Les valeurs ont baissé de 1 à 5 % en 2019 dans certaines zones rurales et quelques grandes villes, comme Calais, Le Havre, Mulhouse ou Nice, selon le Baromètre national des prix de l’immobilier du site MeilleursAgents.

 

Qu’il s’agisse de se loger où d’investir, les questions que l’acquéreur doit se poser pour espérer voir son bien se valoriser ne changent pas. Dans quelle mesure la ville dans laquelle j’envisage d’acheter est-elle attractive en termes d’emploi et de démographie ? Quels sont ses projets de développement ? Quelle est sa fiscalité ?  Et, immuables, les trois règles d’or à respecter : l’emplacement, l’emplacement et l’emplacement !

Enfin, aussi intéressants soient-ils, les rendements et les perspectives de plus-value offerts par l’immobilier ne doivent pas conduire un ménage à mettre tous ses oeufs dans le même panier. La pierre demeure un investissement de long terme et il est important de disposer parallèlement d’une réserve de placements liquides pour faire face aux imprévus de la vie.

 

Source : Vivre Mieux son argent

Notre actualité